Posted in Portraits

Destins croisés de 2 femmes

Destins croisés de 2 femmes Posted on 08/03/20154 Comments

[et_pb_section fullwidth= »off » specialty= »on » transparent_background= »off » background_color= »#ffffff » inner_shadow= »off » parallax= »off » parallax_method= »off »][et_pb_column type= »3_4″ specialty_columns= »3″][et_pb_row_inner][et_pb_column_inner type= »1_2″][et_pb_image admin_label= »IMG_Pauline » src= »http://genealogie.leibbrandt.fr/wp-content/uploads/2015/03/Pauline1928.jpg » alt= »Pauline TISSERANT en 1928″ title_text= »Pauline TISSERANT en 1928″ show_in_lightbox= »off » url_new_window= »off » animation= »off » sticky= »on » /][et_pb_text admin_label= »Text » background_layout= »light » text_orientation= »left »]

Marie Pauline TISSERANT (1877 – 1960)

[/et_pb_text][/et_pb_column_inner][et_pb_column_inner type= »1_2″][et_pb_image admin_label= »Img Suzanne » src= »http://genealogie.leibbrandt.fr/wp-content/uploads/2015/03/IMG_MATHIEU_SuzanneAmélie1.jpg » alt= »Suzanne MATHIEU » title_text= »Suzanne MATHIEU » show_in_lightbox= »off » url_new_window= »off » animation= »off » sticky= »on » /][et_pb_text admin_label= »Text » background_layout= »light » text_orientation= »left »]

Suzanne Amélie MATHIEU (1905 – 1962)

[/et_pb_text][/et_pb_column_inner][/et_pb_row_inner][et_pb_row_inner][et_pb_column_inner type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Text » background_layout= »light » text_orientation= »left »]

Pour cette Journée de la Femme 2015, j’ai souhaité rendre hommage à 2 de mes ancêtres.

2 femmes qui ne se sont jamais connues … mais aux vies si étrangement « similaires »…

A gauche, Marie Pauline TISSERANT, née en 1877 à Gérardmer (Vosges). A droite, Suzanne Amélie MATHIEU, née en 1905 à Ormes-et-Ville (Meurthe-et-Moselle).

Plus de 80 kilomètres séparent les 2 villes de naissance de mes 2 ancêtres, et 22 numéros Sosa (Pauline est le Sosa 53, alors que Suzanne est le 31).

Alors qu’elles ne sont encore que des enfants, elle perdent successivement leur mère et père. Pauline perd sa mère à l’âge de 8 ans, et son père 13 mois plus tard. Suzanne perd sa mère à 9 ans, et son père 10 mois plus tard.

Chacune se marie : Pauline en 1903 avec Adrien Auguste BERNARD, Suzanne en 1929 avec René REDON.

Pauline mettra au monde 9 enfants, dont 3 décèderont avant d’avoir atteint l’âge d’un an. Quant à elle, Suzanne mettra au monde 7 enfants qui atteindront tous l’âge adulte.

 

 

 

[/et_pb_text][/et_pb_column_inner][/et_pb_row_inner][et_pb_row_inner][et_pb_column_inner type= »1_2″][et_pb_image admin_label= »Image » src= »http://genealogie.leibbrandt.fr/wp-content/uploads/2015/03/MedailleBronzeFamilleFrancaise.jpg » alt= »Médaille de Bronze de la Famille Française » title_text= »Médaille de Bronze de la Famille Française » show_in_lightbox= »off » url_new_window= »on » animation= »off » sticky= »on » /][/et_pb_column_inner][et_pb_column_inner type= »1_2″][et_pb_text admin_label= »Text » background_layout= »light » text_orientation= »left »]

Elles recevront chacune la Médaille de Bronze de la Famille Française en 1949 pour Pauline et 1947 pour Suzanne pour avoir élevé 7 enfants avec une grosse majorité de garçons.

Elles ont toutes deux perdu un ou plusieurs enfants à la guerre :

  • 2 enfants pour Pauline en 1944 : Victor Marcel, l’aîné, victime civile, décédé à la suite de blessures dues à un éclat d’obus; Georges Charles, victime civile aussi, tué par des tirs alliés qui l’ont pris pour un allemand.
  • 1 enfant pour Suzanne pendant la Guerre d’Indochine : son aîné, André Camille.

[/et_pb_text][/et_pb_column_inner][/et_pb_row_inner][et_pb_row_inner][et_pb_column_inner type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Text » background_layout= »light » text_orientation= »left »]

Et voilà le portrait de ces 2 femmes qui n’ont pas été épargnées par la vie … Je voulais leur rendre hommage pour se rappeler que le siècle dernier encore, la mortalité infantile était encore très présente, en plus des 2 guerres, mais que les gens « faisaient avec ».

Et vous, avez-vous trouvé des similitudes de destins entre certains de vos ancêtres, sans qu’il n’y ait de lien de sang (hormis dans vos veines …) ?

[/et_pb_text][/et_pb_column_inner][/et_pb_row_inner][et_pb_row_inner][et_pb_column_inner type= »4_4″][et_pb_divider admin_label= »Divider » color= »#2ea3f2″ show_divider= »on » height= »10″ /][et_pb_text admin_label= »SOurces et Liens » background_layout= »light » text_orientation= »left »]

Sources et liens :

[/et_pb_text][et_pb_divider admin_label= »Divider » color= »#2ea3f2″ show_divider= »on » height= »10″ /][/et_pb_column_inner][/et_pb_row_inner][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_4″][/et_pb_column][/et_pb_section]

4 comments

  1. J’aime beaucoup moi aussi ces destins croisés, voire ces trajectoires parallèles mais similaires. Et comme vous, je suis touchée par cette mortalité infantile au 19e siècle. J’en ai d’ailleurs fait un billet. Il m’arrive après des heures passées dans les actes de décès de me sentir oppressée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.